-->

Glandos et Thanatos

J'ai été, dans ma désormais lointaine jeunesse, un membre motivé et néanmoins bénévole aux Glénans. De stages en monitorat, quelques souvenirs marquants entre Concarneau & Paimpol, mitonnés à la sauce des 'Vous les avez vécu" des magazines. Avec les photos carrées de l'Instamatic Kodak !

La traversée infernale (1990)

Premier stage comme chef de bord et tout commence assez pépère pour ce stage 3 voiles jeunes sur Kelt 707 à Paimpol.

Comme les djeuns se démerdent pas mal et que le chef d'escadre est un peu énervé (Yves si tu m'entends ...), on décide de faire la grande traversée direct de Roscoff jusqu'à Saint-Malo. Il faut bien faire naviguer les p'tiots de nuit, çà fait partie du programme. On part donc dans un temps de demoiselle un samedi midi au portant. Tout se passe bien sous le soleil mais en fin d'après-midi, on est toujours et seulement en vue de Trébeurden et la marée bascule.

J'organise les quarts, bouffe un peu et attends que le vent monte. Dans la soirée, tout est en ordre, de moins en moins de vent, les 2 autres bateaux proches de nous, les quarts s'enchaînent. Vers 2H du mat, j'entends le barreur qui gueule putain ya des rochers sur la gauche. Dans un demi-sommeil, le cerveau fait tilt immédiatement. Les rochers devraient être sur la droite. Je gueule de ma bannette au navigateur de faire un point. Et là, alors que j'attendais le résultat en me rendormant, poc, le bateau talonne ...

Le temps de le dire, je suis sur le pont à scruter la nuit noire. On est au milieu d'un tas de cailloux arrondis typiques du coin. On se dégage. Je bondis à l'avant, bouche comme un con les écubiers en pensant que c'est une voie d'eau, fait inspecter les fonds, demande un point, un vrai. Mes gentils stagiaires, sous le choc, me font un point dont le triangle fait la largeur des 7 îles à la côte ! Soufflante. Exécution. On est en face de l'île Grande. Le temps se dégrade, le vent commence à monter et on se dit que les autres bateaux doivent être devant. Il est temps d'avancer.

Au Héaut, le vent forcit à F6. Les vagues déferlent sur l'arrière alors que l'on est au près. Je prends la barre à la demande générale pour passer le chantier Bréhatin puis on tire un bord de près sur le cap Fréhel. On ne réduit pas pour cause de reste de l'escadre devant et donc on cravache. Je commence à dégueuler tout ce que je peux et même ce que je ne peux plus. Et çà, tous les quarts d'heure. On arrive au cap Fréhel en fin d'après-midi après une bonne chevauchée dans la baie de Saint-Brieuc. Mais au cap, le vent retombe rapidement.

Et nous voilà reparti à tirer des bords dans la pétole au large du Fort La Latte puis de Saint-Cast. Vers minuit, on doit être devant Saint-Lunaire, la renverse a lieu et le ras-le-bol généralisé commence à gagner le bord. On a atteint les premières bouées du chenal. On gagne 10 mètres par bord. Vers les 2 H du mat, le vent atteint les 5 noeuds en rafale. Je remonte sur le pont et avec un peu d'effort on arrive à bifurquer dans le chenal principal vers les Bas-Sablons. Là, j'explique l'alignement à suivre et vais dormir un peu.

A 3 H, j'entends des éclats de voix. On s'est loupé sur les bordures de l'alignement et on s'est emmêlé dans les filets d'un pêcheur en Doris. Après 45 minutes d'engueulades, de manoeuvre, de relevage de dérive lestée et de menaces réciproques, on arrive à se dégager, le filet s'étant pris dans les béquilles télescopiques. A 4 H, on entre dans le port en raclant la quille pivotante sur le seuil. A 4 H 30, on loupe notre manoeuvre d'appontement en se crashant sur les safrans de croiseurs endormis.

A 5 H, on rattrape le coup, on range tout et dodo ... presque 42 H après le départ ! Les 2 autres bateaux de l'escadre arriveront le surlendemain midi avec la pleine. Le stage 3 voiles intensifs adulte aura lui aussi fait une escale à Paimpol alors qu'ils étaient partis pour le même parcours. Résultat, on est devenu les stars de la semaine. Et surtout le bateau n'avait rien malgré le talonnage. Vive le dériveur lesté. Pas mal pour un D1 ! Pour la petite histoire, le troisième mono était Bruno d'Halluin qui a fait de la route depuis.

Rencontre avec la puissance (1988)

Mouillage de notre Galiote aux Ebihens pour un bon repas composé de riz au Cassoulet, le temps gris et pas si chaud que çà nous ayant, en effet, conduit à cette création culinaire roborative. C'est l'arrivée de Québec Saint-Malo et on sait que Jet Service, skippé par Serge Madec, caracole en tête avec 2 jours d'avance sur le second. Le maxi-catamaran doit arriver en fin d'après-midi. On quitte le mouillage en début d'après-midi sous spi direction Saint-Malo.

La mer est assez formée et le vent soutenu à F5. Je suis à la barre, Francis à l'écoute et on avale les milles pieds au plancher, genre un bon 10 noeuds. On voit au loin le maxi au niveau du cap Fréhel. Le temps de se concentrer sur quelques surfs, de réaliser un empannage et le maxi est déjà à notre niveau. Il doit débouler à 25 noeuds sans donner l'impression de forcer. Il affale le foc histoire de ralentir à 20 noeuds. Et çà y est, on l'a déjà perdu. Et nous qui espérions naïvement arriver avec lui à Saint-Malo ...

La prise orthodoxe de corps-mort

On arrive pleine balle au portant. Un équipier frappe l'aussière, comptez un bon 25 m, au taquet et se poste sous le vent. Au moment où le bateau passe au plus près de la bouée, l'équipier saute à l'eau et dispose en secondes de (25 m / vitesse du bateau) pour faire un tour mort et 2 demi-clés sur l'anneau. Dès que le barreur sent qu'il tracte le corps-mort, il loffe en grand et les équipiers affalent. Notez que la manoeuvre est tentable sous spi pour les plus aguerris.

Les cavaliers de l'apocalypse

Pendant l'A2C, on part de Saint-Gildas en Rhuys direction Groix. En route, notre Nautile se fait prendre dans un coup de vent, au près, au large de Belle-île. Le comportement sain du gun en contreplaqué nous rassure. A F7, je me dévoue pour aller mettre la trinquette et me fais détruire le bras par l'écoute qui bat atrocement. Et là, l'horizon devient noir, ee vent siffle méchamment et tourne de 25 degrés. Sous le grain, la pluie et le vent aplanissent la mer.

C'est dantesque, le Nautile est gîté à mort malgré les 3 ris et la trinquette. On se déroute vers le Palais au portant. A 1 mille du port, on se retrouve pris entre 2 vagues de 3 m de haut, avec 15 m entre les 2 vagues. Nous partons au surf, tapons la vague de devant et celle de derrière nous déferle sur la tronche. Oliviero à la barre ne peut empêcher l'empannage, mes lombaires se souviendront 2 jours du passage du palan de GV, mais rétablit la situation sur l'autre bord comme un chef. L'arrivée au Palais sonne la libération.

Le cochon pendu

1989 voit arriver les brassières jaunes gonflables si seyantes à porter par rapport aux armures séculaires orange. Mieux vallait flotter sans grâce que couler en beauté. J'enfile le rôle d'homme à la mer dans l'eau caillante du lagon de Fort Cigogne. Mes charmants costagiaires mettent le hâle-bas sur la drisse de GV et j'accroche le bordel au harnais intégré. On me remonte et, une fois sorti de l'eau, je me retrouve suspendu de tout mon poids sur la sous-cutale et donc sur mes glaouis. Je gueule comme un verrat ...

Quelques souvenirs en vrac

Matérialiste, mon premier raoul le cri qui desaoûle à la première fête des chants de marins à Paimpol. Des régates de Cavale en flottes. Des séances de match-race entre les 2 Follavoalh. 14 heures de barre et de plaisir sans fin entre Concarneau et l'ENV à Quiberon pendant l'A2C, avec quand même un stop & go au Palais pour récupérer une drisse de spi envolée. Une joute nautique avec les bibs à Port-Blanc. Le sauvetage d'un catamaran de croisière crashé sur les cailloux au nord de l'île Verte.

Gaulé par la patrouille

Selon le bon vieux principe que les (éventuelles) toilettes ne servent que pour les cirés mouillés, les besoins naturels sont réalisés à l'avenant (seau, balcon, filières sous le vent). Un stagiaire italien est en plein dégazage à Houat quand soudain ... la vedette des flics Mar' arrive. Remballage et explications gênées à des gendarmes suspicieux : Insulte à la force publique ? Drogues ? Matériel de sécurité ? Routes passées et à venir ? etc.
Ma che la classe quand même !

 

Copyright 2010-2100 Foamtoucher