Du Run Du Run, Live à Nouméa

Trois semaines en Nouvelle-Calédonie chez Goulven afin de mieux mesurer les raisons qui peuvent pousser un Breton à s'expatrier en bordure de Lagon. En conséquence de quoi, le Play-Sea Arena de la Costa Bianca / Santa-Maria a été lacéré par un fier destrier local ...

Première sortie sur les terres mêmes de l'élevage de champions du Catamaran Club de Nouméa à la côte Blanche. Et là tu te dis que toi aussi tu es un peu un champion. Les conditions sur le lagon Nouméen sont idéales quoique relativement musclées pour une reprise en pleine trêve hivernale Bretonne : un bon 17-18 noeuds avec des rafales à 20, un peu de clapot, un grand soleil, une bonne température de l'air et de l'eau. Après avoir pris en main le gun et s'être rendu compte que le taquet coinceur de la GV était réglé trop bas, on décide d'aller se mesurer aux stagiaires en HC 16. On en rattrape un dans la joie et la bonne humeur avant de se retrouver scotchés ensemble dans une molle. On retouche le vent en premier et sur l'accélération, la coque sous le vent s'enfonce, je choque, le 16 commence son soleil, Goulven bien attaché au Trap aussi, et je termine la figure par un vautrage stylé entre le tramp et la bôme. On ressale un peu violemment - Goulven, mon ami, tu n'aurais pas pris un peu ? - pour dessaler dans l'autre sens et se rendre compte que la GV n'a pas été choquée du tout. Le deuxième essai est le bon.
Dans l'affaire, je me suis ouvert le petit doigt de pied qui pisse le sang ... enfin çà saigne. Ouaihein, je me suis peut-être aussi pété un zongle. Mais je ne souffre pas, il faut savoir rester digne. Du coup et de peur quand même de se faire attaquer par les requins, on rentre. Fin de ce premier set avec un peu de sang. Normal pour une première fois.

 

Après ce premier set fumeux, fameux et punchy, premier constat sur notre destrier Caldoche.
Ya pas à dire, ce gun, il est terrible. Tout en repair.

Liste à la Prévert :
- Taquet de GV mal orienté et plus de ressort sur les machoires
- Désolidarisation âme / gaine de l'écoute de GV
- Pas de sangle de rappel
- Cames de safrans ratatinées
- Drisses cuites par le soleil et le sel
- Safran carbone coinçant
- 2 lattes de foc en moins
- Haubans avec angles et gendarmes
- Ecrous de patte d'oie avant menaçant de lacher
- Dominos de Trap carbonisés
- Ecoute de foc à l'avenant

Deuxième sortie avec Annabelle. La miss a 7 ans de compèt en HC 16 sur le porte-bagages. Et çà se sent. Elle voudrait que je barre au trap mais le taquet de GV est toujours trop bas, elle voudrait que je remonte le safran au vent mais l'un est coincé et l'autre ne coince plus, elle voudrait tirer sur la bête (le cata, pas moi) mais on n'est pas sûr que le mat tienne. Du coup, je lui démontre les vertus de la navigation en souplesse et elle me guide pour faire le tour de l'île Sainte-Marie. De beaux runs downwind full speed viennent ponctuer ce set on ne peut plus agréable. Je n'ai jamais été aussi bien équipé. Dans tous les sens du terme.

Troisième, quatrième et cinquième sorties avec Elisabeth, l'heureuse propriétaire du HC 16. On laisse passer un grain le temps de gréer et d'éviter de faire un massacre dans le cours d'aqua-gym de la côte Blanche. Ya un bon vent et Elisabeth, qui débute dans la voile malgré des cours intensifs du professoral Goulven, ponctue chaque lever de coque un peu violent d'un hurlement ravi. D'un autre côté, c'est un repère quand il est temps de choquer.

 

Dernier dimanche des vacances. C'est bien fatigués et encore chargés en grammage par une soirée mémorable au Barrio Latino (où j'ai pu admirer la crème de la faune noctambule Calédonienne : broussards typiques, mazouteurs de pingouins carnassiers, vieilles popoches avec 38 tonnes en remorque et fringuants Salsa Dancers) que nous attaquons ce set dominical. Nous admirons les patrons qui régatent en HC 16 et HC 14. Il y a un bon mètre de creux. Le vent flirte avec les 20 noeuds. On envoie du bois à 2 au trapèze. Set un peu écourté pour cause de fatigue du barreur. Dernier bord à fond au reaching dans le chantier.

Le lundi, veille de départ, dernière sortie avec Elisabeth. On a prévu d'aller à l'îlot Canard. Mais le manque de forme de la bordée nous conduit à faire des runs dans la baie de Sainte-Marie sous un ciel ma foi bien nuageux et un vent pas super régulier. Clap de fin un peu triste. Petit coup de calgon dans le Lagon.

Positionnement géographique

Nouméa est située au Sud-Est d'une île nommée la Nouvelle-Calédonie, alors que plus personne ne sait où est l'ancienne, île que toutes les cartes présentent comme positionnée de traviole au dessus du coin nord-est de l'Australie, voire proche quand on regarde de loin.
Bon, par contre, de métropole, c'est loin. C'est beau mais c'est loin. Comptez au minimum 22 bonnes heures avec une chtite pause au Japon ... en gros à la moitié du trip. Ajoutez 10 heures de décalage horaire et vous serez bien, hein, Tintin.

L'ônse Vata

C'est l'anse des planchistes qui alignent les A/R entre la plage et l'îlot Canard à 1 km en face. Le vent rentre 3/4 dans ta face in da ônse. Les bons jours on peut voir 80 pincheux déchirer énergiquement la baie. Pour les bons, il faut aller derrière Canard sur le platier de l'îlot Maître qui soulève un clapot haché casse-planche (c'est du vécu).

La baie de Sainte-Marie

C'est là que sont basés le Catamaran Club de Nouméa, l'ACPV, etc. Des petites criques bien abritées hébergent les parcs à guns. Bon dès que tu sors, tu te prends 20 noeuds dans la gueule et 2 m de clapot. Harnais ou trapèze direct. Autrement, en se rapprochant de l'île Sainte-Marie en face la mer s'applanit et on peut débouler pleine balle sur une eau à 28 degrés. Des conditions pas faciles, quoi !

 

Iles

Il y a plein d'atolls de rêve proches de Nouméa. Bon, on ne vous donne pas les noms, il y a plein de tricots rayés et d'oiseaux qui attaquent les tentes. On ne vous les conseille pas ...

Copyright 2010-2100 Foamtoucher