Raid en Thaïlande

Jour 1

Arrivée à Koh Samui par avion en provenance de Bangkok où nous avions passé quelques jours avec Anne. L'aéroport est chouette avec ses petites maisons et ses cocotiers. Nous retrouvons notre guide ainsi que le reste de la troupe qui arrivait par un avion un peu plus tard que le notre. Présentation générale et on prend le ferry pour Koh Phangan (nota pour les ignares : le h ne se prononce pas, même après le P). Un taxi nous amène alors, via une route improbable, chez Monsieur Kao, Maire de son état, ou plus exactement de sa ville Thong Sala et Madame Kao cuisinière de son état qui tiennent un parc de bungalows faisant aussi accessoirement office de base UCPA. Les catas sont là, sur la pelouse, devant la plage à nous attendre. Et qui dit plage, dit bain et nous voilà partis nous baquer. Mais oh rage, oh désespoir, on a beau s'éloigner de 500 m du rivage, le niveau d'eau ne dépasse pas la mi-cuisse. Las, la natation se transforme en prélassement style baignoire.

Jour 2

Bah, çà y est, çà démarre. Récupération du matos, prise en main des bateaux, portage des HC 16 sur la plage, vérification des techniques de gréage et du système de safran, et puis c'est par là, en face, qu'on va, vous suivez le chalutier, çà fait à peu près 15 miles et c'est parti. A fond les ballons au portant, on sème rapidement chalutier et guide pour une bonne tranche de bourre entre les 4 bateaux. Le soleil est là et aussi un bon F3-F4 des plus plaisant. Anne entrevoit un requin, pas moi, dommage. Après un petit détour de quelques miles pour cause de 'bah c'est la quelle, l'île où on va ?', nous arrivons finalement au bout de 3 heures trente à Koh Wa Talap dans le Marine Park d'Anthong. C'est dans cette île qu'habitent les Rangers du parc dont la mision est de protéger l'environnement et de garder les côtes. Une fois les bateaux rangé sur la plage, nous grimpons, le palpitant à 180 et tout en crachage de poumons, jusqu'au sommet de l'île pour une série de photos panoramiques de l'ensemble de l'archipel d'Anthong. En redescendant, nous croisons des singes à lunettes qui sont super mignons, et singe à lunettes ... Les nuits de Koh Wa Talap sont cool sous les cocotiers, tous les touristes amenés à la journée par les speedboats sont partis. La fatigue et les coups de soleil nous font tomber sous la tente sur le cata.

 

Jour 3

Réveil par le soleil à 6 heures pétantes. Les coups de soleil ont fait des ravages chez une partie des raiders, notamment sur les jambes. Les touchés, dont moi, endureront un calvaire jusqu'à la fin du raid. Après un petit déjeuner copieux, on part vers le nord de l'archipel pour s'aventurer dans une passe riquiqui entre 2 hauts cailloux. La couleur de l'eau, très peu profonde, est magnifique. Puis nous continuons notre journée sous le vent des îles à se ballader. Le soir nous prenons la direction de Koh Sam Sao, petite île tranquille et dépourvue d'eau douce. Une bouteille de rhum vole en apéro.

Jour 4

Départ de Koh Sam Sao. Et là à peine, la plage dépassée, une rafale et flip flap la girafe on se retrouve au bain. Notre guide vient nous aider à remonter la bête. On repart, un peu calmenent, en louvoyant sous les nuages, par bon vent et mer hachée vers Koh Paluai. On s'arrête déjeuner sur une plage magnifique au pied de la jungle et des cocotiers. Nous visitons un petit village de pêcheur juste à côté et ramassons quelques coquillages, ce qui est normalement interdit. Le retour s'effectue pleine balle au portant vers Koh Wa Talap. Le soir nous jouons au jeu du loup-garou. Je vous invite à contacter Hobie Cat Raid Aventure pour obtenir grâcieusement les règles de cet inénarrable jeu.

Jour 5

Nous faisons le tour de Koh Wa Talap pour aller dans un petit village de pêcheur, où nous déjeunons dans une espèce de bar de la Marine. Le repas est bon et copieux. Le vent montant puissamment, nous prenons par précaution un ris. L'accélération dans la risée est assez impressionnante sur cette mer sous le vent bien plate. Donc go pour Koh Mae Koh et son lac cratère d'eau de mer. Pour information, l'eau salée remonte dans le lac par des grottes. Visite au pas de course du lac, quelques photos et direction Koh Sam Sao pour le dernier bivouac où une bouteille de whiskey Thaï vole pour l'apéro. Cà passe bien avec du coca, le sky Thaï.

Jour 6

C'est le jour de la traversée retour. 15 miles de près nous attendent ainsi que peut-être des gros grains accompagnés de vent très péchu. Notre guide est monté sur un des catas et nous fait une démonstration de conduite d'un cata au près. Bien calés à l'arrière de la flotte, nous disposons d'une bonne vue d'ensemble pour apprécier le travail. Finalement, il n'y aura pas eu trop de vent, mais pas mal quand même. L'arrivée sur Koh Phangan se fait dans la mistoufle. Nous atterrissons, vers midi, au nord de l'île à Ae Maehaad dans un coin touristique. Nous prenons possesion de petits bungalows tout neufs un peu en retrait de la plage, et donc des touristes. Cà nous fait drôle de retrouver la civilisation. Enfin, la civilisation des loisirs, des vieux néo-hippies décatis et des plages où l'eau a un mètre de fond dont 50 centimètres de cailloux. Un grain tropical vient ponctuer notre après-midi au troquet, et nous avons même la chance de voir, de loin, une tornade. On profite du confort du bungalow pour se refaire une santé : une douche, un lit, un toit.

Last Day

Au matin du dernier jour, nous sommes un peu speed à l'idée de retourner au point de départ et de repartir. Démarrage tranquille du set. Pas de vent. Je me prends la bôme en plein tarin sur une erreur d'inattention pétolienne et indigne. Pas trop de mal mais çà surprend et surtout çà réveille. C'est donc bien reveillé que je m'adapte au vent qui monte rapidement à l'approche d'un grain, mais qui retombe rapidemment sous l'averse. Comme quoi, gros grain abat petit vent (ce n'est pas çà ?). Le vent remonte ensuite avec le retour du soleil et nous voilà rapidement au trapèze pleine bourre sur une trajectoire bon plein. On fait le tour d'une petite île et direct à la base ucep. Une dernière rafale nous amène plein gaz dans l'anse de la base où le fond ne doit pas dépasser 1 m. Dernière impression d'images du bonheur.

Copyright 2010-2100 Foamtoucher