Retour à Koh Phangan

Prologue

Juillet 2008. Telasica. Sous un soleil de plomb, deux hommes profitent d'une promenade vers les falaises pour discuter de l'éventuelle mais probable résurgence d'un passé commun et lointain. L'un met dans la corbeille l'organisation, l'autre le groupe. Le pacte se scelle.
Octobre 2008. L'organisation est calée. L'invitation lancée.
Janvier 2009. Après moult hésitations, atermoiements, relances, difficultés, soucis, agacements, retard, mails comminatoires, rebondissements, le groupe est constitué ... au bout de la volonté.

Nous voilà donc partis pour un raid catamaran en Thaïlande organisé via l'UCPA. Avec un casting de rêve, blanchi sous le harnais et le soleil des Tropiques. Sur une semaine spécialement dédiée. Pour le retour sur le lieu du raid primal.

  

Aller

Petit-déjeuner à Paris, déjeuner à Rome, lever de soleil sur Colombo, midi à Bangkok et apéro de retrouvailles à Koh Samui. Cà biche. Rien que le voyage est déjà tout un poème égrenant son parfum d’aventure. On ajoutera juste un peu de ferry jusqu’à Koh Phangan. Pour une arrivée à la tombée de la nuit. Et un second apéro. Perception des bungalows, repas de briefing puis dodo après ce bien long voyage.

  

Day 1

Baquage rituel de prise de contact avec la mer. C’est important d’être toujours en phase avec the sea. Mais il y a toujours aussi peu d’eau. Petit-déjeuner collectif puis premiers contacts avec les bateaux qui viennent direct du championnat du monde aux Fidji. Super équipés avec les safrans en carbone. Rare. Et appréciable. Je récupère le numéro 29. Et n’en déplaise aux Finistériens grognons, j’ai renoué avec mes accointances Capistes. En conséquence de quoi, je ne l’ai pas lâché de la semaine mon 29.

Une sortie le matin puis une l’après-midi dans assez peu de vent. Reprise tranquille sous le soleil. En fin d’après-midi, répartition du groupe entre massages et courses au Tesco. Le soir, on dîne dans une gargotabouffe de Thong Sala qui sert en plat unique une fondue Coréenne puis on retourne aux bungalows pour claquer une bouteille de rhum, accompagnée de quelques sauterelles grillées, sur la terrasse des Noisiens, histoire de se remettre dans la bravitude des raids passés.

Day 2

Départ en raid avec la traversée vers l’archipel d’Angthong. Pas trop de vent mais on avance quand même gentiment au près. Suffisamment vite pour qu’à notre arrivée à Koh Wa Talap les touristes soient encore là. Rangement du matos, baignade et déjeuner à l’heure du goûter. Montage des tentes puis ballade, enfin ballade quand on fait 250 mètres de dénivelé pour 500 mètres de trajet ..., au sommet de l’île pour les photos panoramiques de l’archipel.
Moins de spontanéité dans la contemplation, juste la sérénité d’un plaisir renouvelé.
A la redescente, on croise des singes à lunettes dont des femelles avec leurs petits. Etant venu quelques années auparavant, me voilà affublé d’une paternité apocryphe mais prolifique de petits singes à lunettes. Ah, les mystères de l’hominisation !

A l’apéro, on retrouve Khon, le chef adjoint des rangers, qui n’a pas beaucoup changé avec les années. Un très bon repas à base de crabes puis de diverses préparations de calamars. On finit avec Khon ou Seb à la guitare et Mississippi Burning Phil à l’harmonica sur la plage sous les étoiles.

 

Day 3

Virée dans le sud de l’archipel à Koh Paluai. La descente se fait portant dans la pétole. Sous le soleil, la plage, les rochers, les langues de sable et la mer se parent de leurs plus beaux atours. Déjeuner puis visite rapide du village de pêcheur.

Le retour vers Koh Wa Talap se fait au près dans une petite brise sympathique quoique manquant un peu de punch.
La soirée voit se dérouler le show de fin de séminaire d’un groupe d’étudiantes Thaï en tourisme. Le groupe se disperse. Danse Thaï pour les uns, frittage avec une pouffiasse Australienne ou discussion sur la qualité des labels électro de Cologne avec un producteur de musique teuton pour les autres, vidage de godets pour tout le monde.
En fin de soirée, on impose sur scène un line up de pointures internationales composé de Joe Dalton, dont on ne connaît pas le nom mais qui avait un chapeau de cow-boy, à la guitare, Crazy Horse Phil à l’harmonica, Pantalones Blancos Che aux maracas et Psychocat Khon aux percus, pour une prestation, bien qu’unique donc rare, qui ne restera vraisemblablement pas au Panthéon du Blues. Comme quoi, qui vole un boeuf ...

Day 4

Baignade au lever du soleil avec la mer à moi tout seul. Comme en avion, j’ai besoin de place pour mes jambes. Le matin voyant une absence totale de vent, on part visiter une grotte à flanc de montagne. Déjeuner sur la plage.

Décollage des catas en début d’après-midi. Mes petits poulets, chacun à la barre de son Hobie, engagent un match-race familial et donc, par là même acharné, dont le résultat vaut, au moins, celui d’un match de catch. Ceci étant réglé, les conditions en vent sont idéales, nous permettant de bien profiter du paysage tout en avançant gentiment. Arrivés à l’extrémité nord de l’archipel, Seb nous guide dans une passe étroite avec très peu d’eau. Puis direction Koh Mae Koh pour la visite du lac cratère et, de nouveau, quelques photos panoramiques.

Bivouac à Koh Sam Sao. Les parties de balançoire et de pétanque avec des noix de coco viendront illuminer la soirée.

Day 5

Le matin, ballade dans la partie ouest du nord de l’archipel. Déjeuner sur une plage de Koh Mae Koh où l’on achète quelques calamars qui sèchent au soleil.

Ré-enfournage des catas. J’entame un enfantillage de course-poursuite au portant avec Seb. Malgré tous mes efforts, je n’arriverai pas à le dépasser. Les nuages noircissent. Et puis, soudain, on se prend un grain monstrueux sur le museau. Une habitude prise dans les Kornati. Des trombes d’eau. Cà fume de la pluie froide qui rebondit sur la mer chaude. Les couleurs sont irréelles. Le vent monte bien mais reste cette fois heureusement maniable. Passage en mode pilotage sans visibilité. Arrivée à la va comme j’te pousse à Koh Sam Sao. Et oui, on s’en fout des patates.
Les tentes sans toit. Les affaires qui baignent. Le bivouac qui se transforme en camp de réfugiés.
Le soir, dégustation des calamars accompagnés de la récurrente bouteille de Ricard en plastique.

Day 6

Trajet de retour à Koh Phangan au près sous un soleil de plomb traîtreusement masqué par un petit F5 régulier et un bon petit clapot. On lâche les chevaux au double-trapèze pendant 5 heures. Claquer du ride. Encore du ride. Sans retenue. Le cerveau rangé dans le sac. Du fun à la place. Du pur instinct animal surtout. Le retour de la bestialité.

A l’arrivée sur Koh Phangan, concours de lever de coque, comme une salutation, en signe d’hommage. Fin de raid. Rangements. Massage. Tout le monde est un peu assommé. Repas finalement tranquille mais avec du Lap Moo. Un petit pot et dodo.

(La photo officielle des raiders Thaï pétrifiés pour la postérité)

Retour

Stop and go d’une semaine, riche, intense et on ne peut plus agréable, à Bangkok puis dernier dîner à l'aéroport de Bangkok, vêpres à Colombo, petit-déjeuner à Rome et déjeuner à Paris. L'heure toujours douloureuse de la rentrée a sonné.

Copyright 2010-2100 Foamtoucher